Pendant un an, j’ai coopéré avec une société d’expertise en nutrition et production animales. Ma mission consistait à interpréter de diverses réunions d’affaires, par exemple des conférences d’une journée, au cours desquelles les gérants présentaient à leurs salariés des informations sur la vie et les résultats de la société.

Comment je me prépare pour une telle mission ? Je me rends sur place toujours à l’avance. Ainsi, je peux parler à l’animateur de l’agenda de la réunion, lui poser des questions ou me familiariser avec le support interne de la société.

Avant d’entamer une coopération, à chaque nouvelle mission, je stresse et je ressens de l’inquiétude : je me demande si je suis assez à l’aise dans un domaine donné, si l’animateur suivra l’agenda, quelle est sa façon de parler. Cela est d’autant plus important que la construction de la phrase française obéit à des règles particulières : le verbe « régit » la phrase, il est impossible de bien transposer les termes d’une phrase sans le verbe. L’ordre des mots en français n’est pas aussi arbitraire qu’en polonais. Changer l’ordre des mots peut modifier le sens de la phrase, voire la priver de sens. Lors de l’interprétation, certes, il faut maîtriser la langue mais l’aspect élocutoire – débit et rythme de la parole – compte également, donc le pire c’est de commencer à bégayer, de faire une pause et de perdre un fil. La maîtrise du domaine me vient en aide car, si jamais je me perds, je peux y ajouter quelque chose.

Lors de l’interprétation, il faut également partager son attention entre plusieurs activités : l’animateur se réfère souvent à une présentation qui projette en même temps, donc en cas d’« un trou noir », je peux y jeter un coup d’œil et compléter.

Pendant mes missions, il m’est arrivé de diverses situations, par exemple : je ne connaissais pas un nom d’animal, de matière première ou de maladie – et là c’est quelqu’un du public qui m’est venu en aide. C’est donc bien quand un interprète sait habilement masquer ses erreurs, mais aussi créer l’ambiance de confiance et de coopération.

Malgré l’inquiétude qui accompagne l’interprétation, j’aime bien en faire car cela se passe ici et maintenant.